CAT. DARTY GRAND EST

Accueil » 2014 (Page 2)

Archives de l'année 2014

Merci

images (4)

La CAT vous remercie de votre soutien à travers les suffrages exprimés ! 

Alors que certains cherchaient, par tous les moyens, à faire annuler le processus démocratique, d’autres, comme la CAT, continuaient à vous soutenir au quotidien.

Vous n’avez pas été dupes, et notre travail vous a, semble-t-il, contenté au point de nous placer second à l’issue du premier tour des élections de Darty DGE.

C’est une fierté mais aussi une grande responsabilité que ce plébiscite !!!! Nous voici à nouveau avec vous pour 4 ans, une belle aventure qui continue dans le Sud, et qui naît en ex DRA et DAL.

Alors, qu’en est-il finalement ?

A l’issue de cette journée du 23 septembre 2014 les chiffres ont été : CFTC 29,9% – CAT 24,32% – CFDT 14,07%, les autres syndicats ne réussissent pas à dépasser les 10% de représentativité.

Quelques jours après, alors qu’une procédure avait encore été engagée par certains pour invalider les élections (arf ! Incroyable ce qu’on peut faire pour conserver ses avantages hein ??),

un juge a confirmé que la Société était dans son bon droit sur l’organisation des élections sur la base d’un seul comité d’entreprise au sein de DGE et des délégués du personnel sur chacun de ses sites, ainsi que sur la validité des protocoles électoraux.

Voilà, fin de l’histoire et début du travail de chacun !

La CAT s’est engagée sur plusieurs points, et, comme à son habitude, elle se fera un devoir de tenir ses engagements ! Avec ces élections de Délégués du Personnel sur site vous avez TOUS un interlocuteur,

ceux de la CAT que VOUS avez choisi n’auront d’intérêts que de vous donner satisfaction ! Rapprochez-vous d’eux lorsque le besoin s’en fait sentir !

Le bonheur, c’est quand vos actes sont en accord avec vos paroles….. Gandhi.

 

images (3)

tickets restaurant

3427413_3_7f05_le-titre-repas-dematerialise-ne-sera-pas_1305e353a8e2a04155f30417af23890d

Vous êtes nombreux  depuis quelques temps, à vous poser des questions sur la fameuse « Dématérialisation des tickets restaurant », alors quid de ce terme barbare ??


Tout d’abord il convient de préciser que c’est une décision gouvernementale, contents ou non les partenaires sociaux seront consultés et leur avis [et donc le vôtre] …. ben on s’en fout …. « à qui profite le crime ?? »

Le 7 mars dernier, un décret paru au Journal officiel permettait l’utilisation de titres dématérialisés. Concrètement, les entreprises peuvent proposer depuis le 2 avril 2014 à leurs salariés d’abandonner les bons vieux carnets contre une carte de paiement, voire même une simple application pour smartphone. Des alternatives non obligatoires mais que l’on promet plus pratiques. Une bonne nouvelle ??

Quelles formes prendront les tickets dématérialisés ? :
Le support de prédilection sera la carte. De la taille équivalente à une carte bancaire, elle s’utilise de la même manière (carte Moneo Resto), mais aussi sans contact (carte Ticket Restaurant). Le support le plus avancé techniquement est cependant Resto Flash, une application pour smartphone qui dématérialise complètement cet usage.

Peu d’avantages :
Du côté des changements, il y a des bons côtés. Si la carte est perdue il est possible de faire opposition et d’en recevoir une autre. La sécurité est optimale car un code secret est obligatoire pour l’utiliser. Jusqu’à présent les tickets perdus ou volés, n’étaient pas remboursés, c’était une perte sèche pour le détenteur (on estime que la perte pourrait s’élever aujourd’hui à 80 euros par an et par utilisateur); en cas de perte de la carte, elle est remplacée et l’argent qui était stocké sur la précédente est reporté sur la nouvelle.
Nous pourrons également payer la somme précise.
La simplification va être aussi très appréciée par les directions des ressources humaines et les services comptables des entreprises. Plus besoin de distribuer des carnets à chaque collaborateur, ni de compter chaque mois, le nombre de titres qui lui revient. La saisie et la mise à disposition sera aussi simple que la gestion des autres lignes du bulletin de salaire. Mieux encore, selon les professionnels, les frais de gestion seront suffisamment réduits pour que le titre restaurant puisse faire son entrée dans les TPE, un marché peu exploré par les opérateurs jusqu’à présent.

Beaucoup d’inconvénients :
En revanche, les utilisations plus ou moins légales, mais très largement acceptés et pratiqués vont devenir impossibles. Il faut noter que la plupart de ces limitations existent déjà de longue date, mais que quasiment personne ne s’en souciait. Les professionnels sont très inquiets car ils soupçonnent que ce sont avant tout ces pratiques qui ont fait le succès des titres restaurants en France.
Quelques exemples : il ne sera plus possible d’utiliser plus de deux tickets par repas, même si l’on a envie d’inviter un collègue ou un ami. C’est bien dommage pour la convivialité et ce geste tellement apprécié entre collègues qui consiste à dire: « je serais ravi de vous inviter ». Impossible également de compter sur la complaisance d’un restaurateur pour les utiliser le dimanche. Seuls les salariés qui travaillent ce jour-là auront le droit d’utiliser ce moyen de paiement pour régler leur déjeuner.
Impossible également de les utiliser pour régler partiellement les courses de la semaine au supermarché (à l’exception des plats cuisinés, produits laitiers, fruits et légumes toujours officiellement payables avec des titres restaurant) impossible de les céder à ses enfants, son conjoint ou toute autre personne. Les nombreux mendiants que l’on croise dans nos rues ou dans le métro, avaient l’habitude de recevoir bien souvent un ticket restaurant dans leur sébille. Pour eux, le passage à la carte, sera très cruel.

Mais le pire, c’est que l’arrivée des cartes à puce, fait aussi des mécontents chez les restaurateurs. Plusieurs d’entre eux ont déjà créé des collectifs pour se plaindre des conditions tarifaires exigées par les émetteurs de titres. Ils s’inquiètent aussi des conditions d’utilisation. Les terminaux de paiement dont ils disposent vont vite surchauffer car le paiement par la « carte resto » déclenche un appel vers un centre automatisé de gestion. A l’heure de pointe, les clients vont s’impatienter. D’autre part, les restaurateurs, qui sont bien ceux qui vont payer le plus, signalent aussi qu’ils auront aussi des frais de télécommunication supplémentaires.

Voilà ….. c’est beau le progrès … non ??